Poèmes de Naim Frashëri
Vie
Comme j'aime toute ta vie !
Que là se trouve la vérité,
Yjte, henen, haPesiren,
Au crépuscule, la nuit, le jour,
Matin, soleil, driren,
Le soir et ces ténèbres ;
La nuit, quand il fait calme
Même les choses n'écoutent pas ;
Le ciel quand il est couvert
Et l'espace brille,
Et quand ils ouvrent ici-ici
Ret 'e zeza sten1 nd'ere;
Vapen, automne, hiver, été,
Nuages, pluies et rivières,
Tonnerre, brume, ruisseaux,
Deoren,
bresherin 'e eren'
Montagnes, plaines et rivages,
Gorges et gorges et sentiers.
Oshetim6en, Forêts,
Druret'
Rochers, crêtes et pierres,
Fleurs, herbe qui pousse,
Vols fréquents
Même les chanteurs chantent
Et à travers les branches levrijne.
Et l'homme et le bétail
Et tout est
ne
jette
Je t'aime Dieu!
Partout où je tourne mes yeux,
Je vois là le vrai Dieu,
Qui est un et il n'y a pas de second.

- Poèmes de Naim Frashëri

Comme j'aime toute ta vie !
Que là se trouve la vérité,
Yjte, henen, haPesiren,
Au crépuscule, la nuit, le jour,
Matin, soleil, driren,
Le soir et ces ténèbres ;
La nuit, quand il fait calme
Même les choses n'écoutent pas ;
Le ciel quand il est couvert
Et l'espace brille,
Et quand ils ouvrent ici-ici
Ret 'e zeza sten1 nd'ere;
Vapen, automne, hiver, été,
Nuages, pluies et rivières,
Tonnerre, brume, ruisseaux,
Deoren,
bresherin 'e eren'
Montagnes, plaines et rivages,
Gorges et gorges et sentiers.
Oshetim6en, Forêts,
Druret'
Rochers, crêtes et pierres,
Fleurs, herbe qui pousse,
Vols fréquents
Même les chanteurs chantent
Et à travers les branches levrijne.
Et l'homme et le bétail
Et tout est
ne
jette
Je t'aime Dieu!
Partout où je tourne mes yeux,
Je vois là le vrai Dieu,
Qui est un et il n'y a pas de second.